Extrait

Chapitre Un

— Il va courir.

Dex prit la veste tactique des mains de son partenaire et la tendit à son frère dans le BearCat.

— Tu crois ? demanda Dex.

Il jeta un coup d’œil par l’une des fenêtres balistiques, mais ne vit rien du tout à cette heure de la nuit, d’autant que leur petit ami était bien camouflé au milieu de la verdure de Central Park. Que Hobbs ait réussi à garer leur véhicule tactique sombre dans un bosquet d’arbres cerné par assez d’obscurité pour donner l’impression à Dex d’avoir été aspiré dans un trou noir n’aidait pas non plus. Il devait bien reconnaître ça à son coéquipier Therian : Hobbs pouvait garer le BearCat en haut d’un mât s’il le devait. Peut-être qu’être un Therian énormissime rendait la tâche de manœuvrer des véhicules énormissimes plus facile. Le Département des Parcs et Loisirs n’allait pas sauter de joie s’ils découvraient qu’on avait roulé hors des sentiers.

— Il court toujours.

Sloane enleva ensuite son équipement à la cuisse et le lui remit. Dex le passa promptement à Cael. Son frère souffla, mais le prit sans poser de question, sachant très bien que Dex faisait ça pour l’agacer. Ah, les avantages de travailler avec la famille ! Rosa était assise sur le banc, regardant la scène avec amusement et vérifiant son kit de Soins Post Transformation pendant que Hobbs se trouvait sur le siège conducteur dans la cabine avant, en train d’agacer son partenaire aux cheveux blonds et hérissés. Calvin, quant à lui, était sur le siège passager, affichant sa mauvaise humeur tout en nettoyant la lunette de son fusil tranquillisant longue portée.

Dex ne savait pas pourquoi Calvin arborait un visage boudeur. Il n’aurait pas été surpris si cela avait quelque chose à voir avec son meilleur ami, assis à côté de lui. Soit Hobbs était inconscient de l’humeur de Calvin, soit il l’ignorait délibérément. Considérant qu’il se trouvait à quelques centimètres de la bouche de l’arme tranquillisante de son partenaire, il serait probablement dans l’intérêt de Hobbs de faire attention. Dex était tombé sur eux alors qu’ils se roulaient une pelle à l’hôpital, juste après que Hobbs ait été blessé dans l’explosion à la bombe du Centre de Jeunesse Therian. Ça avait été une sacrée surprise, mais cela expliquait le comportement du duo menant à ce ‘rapprochement’. Les choses étaient rapidement revenues à la normale entre eux après coup. En quelque sorte. Si Dex était parieur, il dirait que c’était bien là le problème. Hobbs se comportait comme si rien n’était arrivé alors que Calvin avait espéré que quelque chose aurait changé. Il l’avait confié à Dex quand ils étaient encore à l’hôpital. Quoiqu’il se passe, Dex espérait qu’ils réussiraient à arranger les choses rapidement.

Letty vérifiait les magasins de ses différentes armes. Et Ash… Dex ne savait pas où diable était Ash. C’était juste une autre mission pour Destructive Delta.

Sloane retira ses bottes, et quand il se releva pour enlever la chemise de son uniforme, Dex ne put s’empêcher de réessayer.

— Même si nous aimons tous beaucoup te voir nu, partenaire, j’aimerais au moins que tu reconsidères…

— Non.

— Mec, tout ton barda est assez lourd, pleurnicha Dex, levant les bras pour montrer les diverses pièces d’équipement tactique qui y pendaient, le pire étant le kit de soin qu’il portait pour faciliter l’après-transformation de son partenaire.

— Je ne laisse pas mes baskets.

Dex laissa retomber ses bras le long de son corps.

— Elles ne sont même pas estampillées par le gouvernement !

Sloane haussa les épaules.

— Je m’en fiche.

— Tu as dû remplacer deux paires au cours des quatre derniers mois.

Sloane s’arrêta de déboutonner sa chemise pour hausser un sourcil interrogateur.

— Et à qui la faute ?

— C’était un accident.

Dex cligna des yeux innocemment. Le regard de Sloane lui indiquait clairement que son partenaire ne le croyait pas. Bon sang. On aurait pu penser qu’être le petit ami secret du chef d’équipe lui vaudrait au minimum le droit de s’en tirer avec certaines choses impossibles pour d’autres. Mais dans le cas de Dex, cela signifiait tout l’inverse parce que Sloane le connaissait mieux que personne – à l’exception de sa famille – et aimait faire éclater sa bulle.

— Comme dans le fait que tu laisses accidentellement tomber mes baskets du pont de Brooklyn ?

Dex fit de son mieux pour avoir l’air offensé.

— Qu’est-ce que tu insinues ? C’était une journée venteuse.

— C’est drôle que rien d’autre n’ait été emporté, grommela Sloane, arrachant sa chemise et la jetant sur la tête de Dex.

Il avait l’impression d’être un portemanteau. Le reste de l’équipe ne l’aidait pas du tout avec ses ricanements. Un boomsonore retentit à ses pieds, et Dex retira la chemise de sa tête pour flanquer un coup dans une chaussure.

— Taille quarante-huit et demie, mec !

Dex agita l’énorme botte noire de Sloane devant lui.

— Quelque part sur l’Hudson, un canard utilise ta basket comme dispositif de flottaison.

— Les canards flottent déjà.

— Ouais, mais leurs petites pattes doivent être fatiguées de les faire se déplacer.

Dex remua son index et son majeur pour simuler les pattes du canard. Son petit ami sexy en diable et à demi nu leva une main pour arrêter toute autre protestation. Dex souhaita que le camion soit vide pour pouvoir sauter sur son partenaire jaguar Therian.

— Ça te dérange si j’interromps cet échange incongru sur les oiseaux aquatiques pour attraper notre homme ?

Dex retint un sourire.

— Oooh, quelqu’un a encore joué au Scrabble en ligne avec Cael. Combien de points as-tu obtenus avec incongru ?

Lorsque Sloane ne répondit pas, Dex se tourna vers son frère.

— Quatorze, offrit Cael avec entrain, ce qui lui valut une grimace de la part de Sloane.

Dex secoua la tête.

— Ça t’en aurait rapporté vingt sur Mots entre Amis.

— Comment…

Rosa coupa Sloane en faisant un signe vers la grande console où l’écran de surveillance avait gardé un œil sur leur cible via la vidéo infrarouge.

— On dirait que Sloane a raison. Le cabron est sous sa forme Therian.

— Le strip-tease est terminé, les informa Sloane en appuyant sur le gros bouton du panneau latéral du BearCat.

Un écran de protection descendit du plafond du camion pour qu’il termine de se déshabiller et se transforme en privé.

Sans son peep-show préféré, Dex se tourna vers son frère qui avait l’air dans la lune. Cela avait démarré quelques semaines plus tôt, et Dex commençait à s’inquiéter.

— Quel genre de Therian est notre ami ? demanda Dex.

Quand son frère ne répondit pas, Dex lui donna un petit coup.

— Ça va ?

— Oui je vais bien. Austen Payne est un guépard Therian.

Son frère l’avait donc entendu ? Et quoi ? Il avait choisi de l’ignorer ?

— Cael…

Cael secoua la tête, son expression sévère informant Dex que son frère n’était pas d’humeur à partager ce qu’il avait à l’esprit. Dex envisagea d’insister, mais il reconnaissait que ce n’était pas le moment. Quelque chose n’allait pas avec Cael et datait de son séjour à l’hôpital avec Hobbs, après l’explosion de la bombe. Quoi que ce soit, cela avait à voir avec Ash. Il avait appelé le matin même pour dire qu’il était malade, ce qui était apparemment la seconde fois en vingt et quelques années, depuis qu’il avait rejoint le THIRDS. Dernièrement, Cael était facilement distrait, il avait la tête ailleurs, ce qui était dangereux non seulement pour lui, mais aussi pour le reste de l’équipe. Ouais, Dex allait avoir très bientôt une conversation avec son petit frère. Pour l’instant, il reporta son attention sur Rosa.

— Alors, que peux-tu me dire sur cet Austen ?

— C’est un petit connard aussi fuyant qu’une anguille, déclara Rosa, mais elle souriait affectueusement. Et rapide comme tout en plus.

— Est-ce que c’est ton opinion professionnelle ? la taquina Dex, recevant quelques jurons affectueux en espagnol. Comment diable Sloane va-t-il l’attraper ?

Si un guépard Therian ne voulait pas se faire prendre, il ne se faisait pas prendre. À moins qu’il commette une erreur stupide. Rosa avait raison au sujet de leur rapidité, que ce soit sous leur forme humaine ou sous leur forme animale. Dex se rappelait toutes les fois où il avait tenté de distancer son frère quand ils étaient enfants. Il n’avait jamais réussi à le rattraper ni même à s’approcher de lui bien qu’il soit l’aîné et qu’il ait des jambes plus longues – du moins quand il était sous sa forme humaine. La distance était le seul problème des guépards Therians. Ils pouvaient maintenir leur vitesse élevée seulement sur de courtes périodes. Si Austen courait, Sloane pourrait toujours le rattraper une fois que le type se fatiguerait. Bien entendu, qui diable savait jusqu’où il serait allé à ce moment-là.

— Sloane ne va pas lui courir après, dit Rosa, une lueur malicieuse dans le regard. Il va le chasser. Personne ne traque mieux que notre chef d’équipe.

— Tu m’en diras tant, marmonna Dex.

Sloane avait la mauvaise habitude d’entrer dans une pièce et de lui coller une peur de tous les diables. Ce n’était pas juste qu’un homme de la taille de Sloane ne fasse aucun bruit quand il marchait sous sa forme humaine. On aurait dit un ninja sexy.

Parlant de son partenaire ninja et sexy, l’écran se leva, et Dex s’accroupit devant l’énorme jaguar noir, lui parlant calmement.

— Sois prudent.

Les yeux luisants couleur ambre de Sloane le fixèrent, et Dex l’observa avec méfiance. Il connaissait ce regard.

— Ne fais pas ça. Ne…

Une grosse langue râpeuse comme du papier de verre le lécha du menton à l’oreille.

— Bon Dieu ! Juste dans l’oreille ! À chaque fois.

On aurait pu penser qu’il avait appris sa leçon après les quelques douzaines de fois où son partenaire l’avait léché pour l’agacer.

— Ce fut, comme toujours, extrêmement désagréable. Merci. J’apprécie.

Dex se leva et s’essuya le visage et l’oreille avec sa manche, ignorant ses coéquipiers qui gloussaient derrière lui. Letty ouvrit l’une des portes arrière du BearCat, mais Sloane se frotta d’abord rapidement contre les jambes de son partenaire pour laisser sa marque – comme si elle n’était pas déjà partout sur lui – avant de bondir hors du camion. Cela fait, Dex marcha jusqu’à la console où son frère était en train de suivre Sloane. Il regarda son partenaire Therian avancer silencieusement vers des buissons avant qu’il disparaisse dans les ombres. Dex aurait pu jurer qu’il avait vu quelque chose accroché à la patte arrière du jaguar Therian. Mais bon, il n’y avait aucun moyen de le savoir jusqu’à ce que Sloane revienne.

— Tu es sûr que Sloane pourra l’attraper ?

— Il y parvient toujours, murmura Cael.

— Alors pourquoi Austen court-il ?

Cael haussa les épaules.

— Je pense qu’il aime ça.

— Que veux-tu dire par ‘il aime ça’ ?

Les joues de son frère s’enflammèrent. Oh oh. Dex connaissait ce regard. Cael mordilla sa lèvre inférieure et Dex attendit que son frère finisse de mettre sa douce petite tête en bataille pour essayer de savoir s’il devait cracher le morceau ou pas.

— Austen a le béguin pour Sloane.

Dex regarda son frère, une conversation silencieuse passant entre eux durant laquelle Cael haussa une épaule et lui adressa un sourire d’excuse. Intéressant. Dex pinça les lèvres, mais ne dit rien. Il rejoignit le banc avant de se presser entre Rosa et Letty. Il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire maintenant que d’attendre et de taquiner ses coéquipières pour leur soutirer un peu d’informations.

— Est-ce qu’on peut compter sur cet Austen ? demanda Dex. Et comment se fait-il que j’entende parler de lui pour la première fois maintenant ?

Letty enroula son bras autour de celui de Dex et il sourit. Il pouvait toujours compter sur Rosa et elle pour le ramener sur terre. Elles étaient toutes les deux brutalement honnêtes et franches, mais toujours avec les meilleures intentions. Il avait parfois l’impression qu’elles étaient les deux seules à avoir des relations qui fonctionnaient. Rosa formait un couple heureux avec sa petite amie de longue date, et Letty formait un couple heureux avec le canon du mois qui lui faisait se recroqueviller les orteils. En ce moment, c’était un pompier de Brooklyn avec des fossettes à tous les bons endroits.

— Austen est réglo, offrit Letty. Il a pratiquement grandi en travaillant pour nous, grâce à Sloane. Il l’a trouvé il y a des années quand il n’était encore qu’un gamin, lui a obtenu le boulot. Je ne me rappelle pas l’histoire, mais je suis sûr que Sloane te la racontera si tu lui demandes. Austen est un ASE pour le THIRDS – un Agent Spécialiste d’Escouade. Tu n’as pas entendu parler de lui parce que, techniquement, il n’existe pas. Ces gars-là ne travaillent pas derrière un bureau. Tu dois avoir une autorisation de haut niveau rien que pour accéder à un dossier où figure son nom. Chaque escouade a son propre agent. Et puisque leur rôle est aussi d’être des informateurs confidentiels, ils doivent faire profil bas. Austen exécute des missions pour le Lieutenant Sparks. Il a des compétences dingues. Si tu le vois ou lui parles, c’est uniquement parce qu’il le veut bien.

— Sloane revient. Et il a Austen, lança Cael par-dessus son épaule.

— C’était rapide.

Dex bondit et décida qu’il retrouverait son partenaire à l’extérieur au cas où Austen déciderait qu’il n’avait pas envie de monter dans le camion. N’ayant eu aucune expérience avec l’agent, Dex ne savait pas du tout comment Austen réagirait. Parfois, les Therians étaient coopératifs jusqu’à ce qu’ils approchent du gros et effrayant véhicule noir. L’idée d’être mis en cage n’était pas attirante, et Dex ne pouvait pas les blâmer.

Il sauta du camion et allait aller à la rencontre de son partenaire quand il remarqua que Sloane marchait bizarrement. Ce ne fut que lorsque celui-ci le rejoignit que Dex en comprit la raison.

— Oh merde ! s’esclaffa-t-il, plié de rire tandis que Sloane clopinait comme s’il était ivre.

L’aspect féroce qu’il affichait avec Austen prisonnier de ses mâchoires était surpassée par l’hilarité pure de voir son partenaire essayer de se débarrasser de la chaussette noire accrochée à sa patte arrière.

— Oh mon Dieu, je ne peux plus respirer, siffla Dex, les larmes aux yeux.

Sloane souffla et continua de secouer sa patte arrière, passant même sur trois pattes à un certain point. Dex pensait qu’il allait avoir besoin que Rosa lui apporte de l’oxygène. Il avait eu raison. Quelque chose était bel et bien accroché à la patte de son partenaire quand il avait quitté le camion. Le fait que Sloane avait pu oublier une chaussette le dépassait, mais c’était le truc le plus drôle que Dex avait jamais vu.

— Attends !

Dex réussit à se reprendre juste assez longtemps pour courir après son partenaire qui s’arrêta et tendit sa patte arrière. Avec un grand sourire, Dex retira la chaussette.

— Voilà.

Sloane souffla avec force en guise de remerciement.

Dex ne put s’empêcher de se sentir un peu mal pour le guépard Therian qui se balançait dans les mâchoires létales de Sloane. Le guépard lui rappelait bien trop Cael. Austen était petit, mince, et clairement habitué à être transporté de cette façon par Sloane, à en juger la façon dont il pendait là en ayant l’air presque ennuyé par tout ça. Il n’essaya pas une seule fois de se dégager. Ses pattes avant étaient croisées comme s’il se relaxait. Il devint évident pour Dex qu’Austen avait confiance en Sloane. N’importe quel autre Therian se pisserait dessus.

Dès que son partenaire atteignit le camion, il libéra Austen et feula. Austen gazouilla et poussa son nez contre celui de Sloane. Les oreilles de son partenaire s’aplatirent contre sa tête avant qu’il pousse un rugissement. Pas surprenant que cela fasse sursauter Austen à ce point ; aurait-il été un personnage de dessin animé, ses rosettes en seraient tombées. Un Austen aux poils hérissés sauta promptement dans le BearCat avec Sloane sur les talons. Dex suivit et referma les portes derrière eux. L’écran de protection descendit, et Austen se transforma le premier pendant que Sloane s’asseyait patiemment à côté de Dex, attendant son tour. Puisque Rosa avait l’habitude de travailler avec les guépards Therians – son partenaire en étant un – elle fournit à Austen les soins post transformation, ainsi qu’un ensemble jetable de vêtements du THIRDS qu’elle lui remit une fois qu’il fut assez fort pour tendre un bras de derrière l’écran. Un grommellement plus tard, et Rosa disparut derrière l’écran.

Alors que celle-ci aidait leur ASE à retrouver sa fonctionnalité humaine, Dex s’assit sur le petit banc à côté de la cage d’armes. Sloane laissa immédiatement tomber sa tête sur ses genoux, cherchant à se faire gratter l’oreille, ce dont Dex l’obligea, souriant quand il entendit le ronronnement profond semblable à celui d’une tronçonneuse et le sentit vibrer contre sa jambe.

— Au moins, quand il perd ses poils partout sur toi, ça ne se voit pas.

Calvin jeta à son partenaire tigre Therian un regard accusateur. Hobbs le regarda avec un froncement de sourcils. Il tendit la main et tira légèrement sur les cheveux blonds de Calvin.

— Je ne perds pas mes cheveux, protesta Calvin.

Hobbs hocha la tête. De toute évidence, il n’était pas d’accord. Dex les observa avec amusement tandis qu’ils se chamaillaient, même si Calvin était le seul à s’exprimer à voix haute. Il était incroyable de voir ce que Hobbs pouvait dire avec ses seules expressions et mouvements de la main.

Un jeune Therian mince et musculeux qui semblait avoir une bonne vingtaine d’années sortit de derrière l’écran en bâillant férocement. Il ébouriffa ses cheveux noirs et se pavana jusqu’au banc où il se laissa tomber à côté de Letty, un large sourire aux lèvres. Le type avait l’air de sortir du lit après avoir donné un concert de rock, malgré la tenue inappropriée qu’il portait.

Dex n’eut pas le temps d’étudier l’agent plus avant étant donné que Sloane disparaissait derrière l’écran. À présent, plus personne ne se posait de questions quand il suivait son partenaire. Tout le monde pensait qu’après presque un an de travail en étroite collaboration, Sloane ne se souciait plus que son partenaire le voie nu après une transformation. Bien sûr, ils ne savaient pas que Dex et Sloane faisaient beaucoup plus que travailler ensemble, et que voir son partenaire nu menait généralement à des choses bien plus coquines en privé.

Dès que Sloane reprit forme humaine, Dex lui administra les soins post-transformation. Il espérait que son coéquipier obtiendrait rapidement toutes les informations qu’il cherchait auprès d’Austen, car Sloane avait besoin de manger un repas consistant à base de viande et de glucides s’il voulait récupérer toutes ses forces. Une fois les barres énergétiques et le Gatorade avalés, Dex l’aida à remettre son uniforme. Peu de temps après, Sloane était debout. Il fit un clin d’œil à Dex et lui donna une tape joueuse sur les fesses avant d’appuyer sur le bouton remontant l’écran de protection.

— Pourquoi as-tu couru, Austen ? demanda-t-il en prenant la place qu’avait occupée Dex un peu plus tôt. Encore.

En face de lui, Austen cligna des yeux innocents.

— Que veux-tu dire par pourquoi ? Parce que vous êtes sacrément effrayants, les gars, voilà pourquoi. Je ne sais jamais qui va venir s’en prendre à moi. Ces temps-ci, il y a des tas de types baraqués avec des armes à feu dans le coin, et des Therians encore plus gros avec des dents pointues qui pourraient écraser mes os minuscules. Et puis, nous, les guépards Therians, sommes nerveux par nature, tu sais.

Il leva les yeux vers Cael et tendit son poing pour l’inciter à faire pareil.

— N’ai-je pas raison, mon frère ?

Cael se renfrogna.

— Mec, murmura Austen d’une voix rauque. Tu vas me laisser en plan devant le gros jaguar Therian ? Pas cool.

Avec un grognement, Cael cogna son poing contre celui d’Austen, lui arrachant un grand sourire.

— Nous, petits félidés, devons nous serrer les coudes.

— Tu as fini avec les relations sociales ? demanda Sloane.

— Ouais. Que puis-je faire pour toi, Agent Grognon ?

Dex se mordit la lèvre pour s’empêcher de rire au surnom. Ça ressemblait à quelque chose qu’il aurait pu inventer. Et cela décrivait à la perfection son partenaire si sexy.

— Je suppose que tu ne vas pas reconsidérer mon offre d’une séance d’entraînement privé ?

Cael n’avait pas menti. Austen avait bien le béguin pour Sloane. Dex essayait toujours de cerner le type. Une partie de lui voulait aimer le guépard effronté ; l’autre voulait le détester pour la seule et unique raison qu’il voulait mettre ses sales petites pattes sur Sloane. Le gamin ne faisait aucun effort pour cacher son attirance envers le plus gros félin. Mais bon, Austen n’était pas le premier à s’amouracher du chef d’équipe de Destructive Delta. Dex avait entendu tout un tas de discussions au bureau venant d’agents masculins et féminins attirés par son partenaire, mais aucun d’eux n’avait jamais approché Sloane. Il fallait bien l’avouer, si Dex n’avait pas été associé avec lui, il aurait rayé Sloane de sa liste, le considérant tout bonnement hors de sa ligue. Il y avait également quelque chose à propos de son partenaire sexy qui hurlait : ‘s’approcher avec prudence’.

Comments are closed